Liste des rues

IMPASSE  SAINT-GALL

Du nom du patron de l'église de Buhl.

 

Saint Gall, fondateur du célèbre couvent Saint Gall en Suisse, est né en 551 d'une lignée d'honorables Irlandais. Il fit avec succès ses études dans le couvent de Bencher dirigé par Saint Colomban puis accompagna ce dernier en Gaule avec Onze autres frères.

Après un séjour à Luxeuil, ils furent expulsés de la Bourgogne et s'installèrent au sud du lac de Zurich à Tuggen pour prêcher l'Evangile aux païens du coin. N"y parvenant pas, Gall jeta leurs idoles dans le lac et mit le feu à leurs temples de bois. Ce geste de sainte colère mit les missionnaires en danger de mort. Ils trouvèrent asile chez le curé Willimar à Arbon et posèrent près de Bregenz les fondations du couvent Mehrerrau.

Comme entre-temps, l'Alémanie était tombée aux mains du roi de Bourgogne, ennemi de Saint Colomban, ce dernier trouva sage de partir en Italie avec les frères. Gall malade et fiévreux ne put les suivre.

Après sa guérison, il rechercha un endroit solitaire pour y ériger une maison au service et à la gloire de Dieu. Protégé par le duc Gunzo ainsi que par le Comte d'Arbon, Gall trouva un coin retiré dans la forêt de Gennwald près de la rivière de Steinbach.

Aidé de frères, bientôt de plus en plus nombreux, la communauté se mit au travail avec acharnement, priant la nuit, travaillant le jour à couper des arbres, nettoyer les fossés, élever des digues, amender le sol pour rendre les terres habitables.

Le couvent érigé fut un havre de paix où les gens affluèrent pour y trouver aide et conseil. Gall infatigable et grâce à sa réputation de thaumaturge divulgua autour du lac de Constance les vérités divines de la foi et anéantit les dernières survivances d'idolâtrie

Il était dans sa 95ème année lorsqu'il mourut, en pleine activité, le 16 octobre 646.
Très vite son tombeau où eurent lieu de nombreux miracles devint un lieu de pèlerinage très fréquentés.

Saint Gall est représenté sous la figure d'un abbé avec à ses cotés un ours. D'après une légende, il aurait enlevé une épine de la patte d'un ours et par reconnaissance, celui-ci serait resté près de lui l'aidant dans son travail.

Saint Gall ne rechercha jamais les honneurs. Il refusa le siège d'Evêques de Constance en 615 ainsi que celui d'Abbé de Luxeuil en 625.

Homme de Dieu, expert en écritures saintes, juste et généreux, il préféra mener avec ses frères une vie selon les règles de Saint Colomban avec la douceur du sage et le sérieux du père.

Extrait de : "La vie des Saints"
de P. Otto Bitschau (Einsiedeln)

 sommaire

retour  liste des rues

page précédente