Une autre chapelle est également située sur le ban de la commune Buhl-Lorraine :

Chapelle Danober
dédiée à Notre Dame du Perpétuel Secours.
Chaque année, le lundi de Pentecôte une messe y est célébrée

Chapelle Danober

 

Chapelle Danober

 

chapelleDanober   chapelleDanober
Le 4 juin 2017, lundi de Pentecôte une messe y était célèbrée

 

(Extrait R.L. du 27 mai 2015)


- O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O-O -

chapelle Danober

La chapelle Danober, dans le bois de la Jungforst


Les renseignements concernant l'histoire de cette petite chapelle nous ont été communiqués en 2003
par Mademoiselle Bernadette Danober, petite-fille de Dominique Danober

En 1902, Dominique Danober et sa femme achètent la ferme Jungforst à la famille Hirschy de Buhl-Lorraine.

Ce patronyme de Hirschy a été répertorié par le Cercle Généalogique de Moselle comme étant un nom de famille mennonite, parmi de nombreux autres.

Les époux Danober-Tonne eurent douze enfants. Certains étaient déjà nés lorsque la famille s'installa à la Jungforst, venant d'Arzviller. Bernadette pense que son père Eugène était alors déjà né. Eugène reprit la ferme à la mort du patriarche, l'exploitant alors avec sa mère. Il ne se maria que lorsque celle-ci mourut : il avait alors 33 ans, pense Bernadette. Les jeunes époux eurent neuf enfants, dont sept sont encore vivants à ce jour. Bernadette est l'aînée. Le plus jeune des enfants d'Eugène Danober, Gilbert, a été maire de Hesse de 1995 à 2001.

Au cours de la Première Guerre mondiale, Dominique Danober fait le vœu à la Vierge de construire une chapelle sur ses terres si sa famille et sa ferme sont préservées du désastre de la guerre. A la signature de l'armistice, le 11 novembre 1918, la ferme et ses habitants sont tous indemnes.

Le chef de famille tient parole et, en 1919, aidé par des Hessois, il entreprend la construction de la chapelle, avec de gros moellons de grès rose des Vosges.

En août 1920, Dominique "s'engage à verser annuellement et à perpétuité entre les mains du trésorier de la fabrique de l'église de Hesse une rente de trois cents francs, qui devra être employée entièrement à couvrir les frais des services". Ces services, ce sont douze messes à l'intention de la famille Danober-Tonne ; chacune sera dite le premier vendredi de chaque mois. (extrait du contrat de Fondation qui nous a été montré par Bernadette)

En 1922, Dominique et sa femme font donation de la chapelle au Conseil de fabrique de l'église de Hesse et vendent, en même temps, les 3,46 ares de sol sur lesquels est érigée ladite - page 7- chapelle à la Fabrique de l'église de Hesse.
En juillet 1922, Mgr Pelt, évêque de Metz, "autorise l'ouverture d'un oratoire public en la chapelle sise tout à proximité de la ferme Jungforst", dédiée à Notre Dame du Perpétuel Secours.
L'évêque y permet la célébration de la messe, et charge le curé de Hesse, qui est alors l'abbé Sibold, d'administrer cette chapelle.

La famille Danober prend l'engagement "de se charger des frais d'entretien de l'église et du mobilier".

Aujourd'hui encore, ce sont des membres de la famille Danober qui assurent l'entretien de la chapelle.

En octobre 1929, "Mme Veuve Dominique Danober, née Tonne, crée et constitue au profit de la fabrique de Hesse, une rente annuelle et perpétuelle de cent douze francs pour quatre messes" dites chaque année en ladite chapelle.

Bernadette se souvient qu'une messe était dite dans la petite chapelle toutes les quatre saisons. Beaucoup de gens y assistaient, certains venant de Hesse bien sûr, mais encore de tous les villages des environs. Ils priaient Notre Dame du Perpétuel Secours, faisaient des vœux, tout comme Dominique Danober l'avait fait lors de la Première Guerre mondiale.

* Extrait du récit de : "Rencontre avec..... " (La rencontre avec Pierre Hick date de l'été 2003.)

 

sommaire